L’enseignement de la traduction médicale : un double défi

Nombreuses sont les questions qui ont été soulevées en ce qui concerne la traduction médicale et à la traduction et à la problématique inhérente à cette discipline. En effet, les spécificités de la langue, surtout celles du langage médical font de plus en plus l’objet d’ouvrages de référence. Dans ce contexte, il suffit de penser à tout que l’on est capable de faire avec une simple traduction.

Quel est l’intérêt de la traduction médicale ?

De nos jours, l’intérêt de la traduction médicale est double. On a d’abord une partie historique, car la traduction médicale est, avec la traduction religieuse, l’une des branches les plus anciennes dans le domaine de la traduction. En effet, les souffrances de l’âme et du corps ont toujours été au centre des préoccupations de l’homme. En ce sens, le plus ancien des documents serait le corpus d’Hippocrate, une compilation des enseignements d’Hippocrate qui a été réalisée au 11e siècle.

D’autre part, on a le fait que traduction médicale, de même que la traduction pharmaceutique qui prend actuellement une réelle ampleur sur le marché et ceci malgré de l’anglais comme étant une langue incontournable. Le fait de former des spécialistes dans ce domaine semble alors être totalement justifié.

Quelles sont les connaissances fondamentales en traduction ?

De nos jours, les apprentis traducteurs doivent se familiariser avec les différentes théories qui sont applicables aux textes. En ce sens, nous pensons surtout à la typologie des textes théorisée par Susanne Gopferich qui permet une certaine catégorisation et surtout de trouver un registre de langue approprié. En ce qui concerne le contenu, il s’agira sans doute de distinguer l’information non définie de l’information définie qui est exclusivement destinée à certains groupes culturels. Dès lors, il devient indispensable de définir les objectifs de l’enseignement et de mettre en relief les difficultés inhérentes à cette langue de spécialité. Enfin, les cours dispensés visent nécessairement un triple objectif : connaitre la structure des textes dans les langues impliquées, maîtriser la langue spécialisée et s’approprier les connaissances dans au moins un domaine.

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Dans l’apprentissage de la traduction médicale, comme de la traduction pharmaceutique, il est important d’attirer l’attention des étudiants sur plusieurs points, dont la terminologie, les acronymes, les éponymes, la dominance de l’anglais ou encore la phraséologie médicale. L’ensemble de ces éléments doit être parfaitement maîtrisé afin de permettre une traduction saine et sans coquilles. C’est sans doute pour cela qu’il faut un réel apprentissage afin de se spécialiser en traduction médicale.

Michel Fagor